Histoire et patrimoine

 

La ville de Beaupreau possède un patrimoine très riche. Siège d’un duché dans l’ancienne province d’Anjou, sous préfecture au siècle dernier, elle est aujourd’hui le chef lieu du canton rural le plus important du département.

Le patrimoine de la commune peut se diviser  en deux : d’une part le patrimoine communal, d’autre part, le patrimoine historique, n’appartenant pas à la ville.

 

LE PATRIMOINE COMMUNAL

LA MAIRIE

Tout d’abord installée dans l’ancienne préfecture, la mairie a été déplacée en 1955 sous le mandat de Monsieur Gontault Biron, rue de la Poterne. En décembre 1959, les services administratifs municipaux se sont installés rue Notre Dame, à l’emplacement actuel.

C’est en 1978, durant la visite du premier ministre Raymond Barre, que nait le projet d’agrandir les locaux. Le maire de l’époque, Monsieur Jules Musset, évoque une mairie « trop petite, bien trop petite » pour accueillir des services municipaux dignes d’une ville de 6000 habitants.

De 1982 à 1985, des travaux sont donc réalisés pour agrandir la mairie à la place de l’ancienne poste, travaux dont le coût total s’est élevé à l’époque à 3 255 000 francs (496 000 €). Le 30 août, la nouvelle mairie est inaugurée par Monsieur Alain Poher, président du Sénat, et en présence de nombreuses personnalités.

Vingt deux ans plus tard, en 2007, le conseil municipal décide la rénovation de la salle du conseil et de la salle des mariages, salles qui n’avaient pas vu de travaux depuis plus de 50 ans !
Elles furent inaugurées le 2 mai 2009, par Monsieur Gérard Chevalier, maire de Beaupréau, en présence de Monsieur Gaudin, sénateur, Monsieur De Charette, député de Maine et Loire, et des maires des communes voisines et des villes jumelées.

L’EGLISE NOTRE DAME

Rebâtie entre 1857 et 1863 par l'architecte Alfred Tessier dans le style gothique du XIIIème siècle, l'église Notre Dame surprend par ses dimensions impressionnantes :  

  • longueur totale : 72 mètres
  • largeur du transept : 31,20 mètres
  • hauteur du clocher : 50 mètres.

Elle comporte une nef centrale, deux bas côtés qui se poursuivent dans le chœur, un transept et un chevet flanqué de trois chapelles rayonnantes. Cette église, agée de près de 150 ans, renferme le plus bel ensemble de verrières historiées de l'Ouest.

Depuis une dizaine d'années, un important programme de travaux réparti sur du long terme a été engagé pour sa restauration.

 

L’EGLISE SAINT MARTIN

Œuvre de l'architecte bellopratain Alfred Tessier, ouverte aux fidèles en 1894, elle remplaçait l'ancienne église située à l'entrée de l'hôpital. Le choix de l'emplacement de la nouvelle église a fait, en son temps, l'objet de longues discussions, pétitions et même d'un référendum paroissial.

Ce très bel édifice, remarquable par sa luminosité intérieure. L’église est ornée d'un bel ensemble de 7 verrières qui viennent illuminer le maître autel en marbre blanc particulièrement travaillé. Elle contient également  un mobilier de valeur, classé de 2003 : autel, fonts baptismaux, stalles du chœur…

 

LE CENTRE CULTUREL DE LA LOGE

Ce bâtiment fait partie du patrimoine bellopratain par son histoire riche. Ancien  logis du général  de Vendée  Maurice d’Elbée, il est devenu par la suite une ferme.  

Racheté par la commune dans les années 1980, le site est devenu un centre culturel accueillant : salle de spectacles, médiathèque, cybercentre, école de musique, office de tourisme…

Pour plus d’informations sur le centre, cliquez ici.

 

LE PARC DUCAL OU PARC DU « BOIS DU COIN »

Acquis  par la ville de Beaupréau en janvier 2003, ce magnifique parc d'une superficie de 32 hectares est ouvert gratuitement au public tous les jours de l'année. Les heures d'ouverture, indiquées à chacune des 3 entrées, sont aménagées en fonction des saisons.

Un parcours de santé y est installé. Promeneurs et sportifs s'y croisent chaque jour, chacun pouvant y admirer, sous les frondaisons centenaires et en fonction des saisons, une belle variété d'arbres, de magnifiques fleurs sauvages, de champignons et de fruits.
Y rencontrer, à l'angle d'une allée ou cachés dans le sous bois, des chevreuils, lapins de garenne, écureuils, canards sauvages, oiseaux ou tout autre animal sauvage est très courant.

Un verger constitué principalement de variétés anciennes de pommiers, de châtaigner et de noyers est visible à l'ouest de ce parc, près du château.

Dans un souci de respect environnemental, cet espace naturel classé est entretenu par le service des espaces verts de la ville, sans utilisation d'aucun produit phytosanitaire. Pour la tranquillité des promeneurs et de la faune, nos amis les chiens, même tenus en laisse, ne sont pas autorisés à nous accompagner à l'intérieur de ce parc.

Les vélos doivent également être laissés à l'entrée du parc.

Un espace de jeux pour enfants est aménagé près de l'entrée principale, place du Grain d'Or.

 

 

L’ANCIEN HOTEL DE LA PROMENADE

Situé à l'entrée sud de la ville, cet ancien hôtel rénové représente assez bien, avec son fronton triangulaire entre les lucarnes du toit, l'image qu'on peut se faire des relais de poste de jadis. Rénové il y a une quinzaine d'année, il est mit à la disposition des associations sportives de Beaupréau.

 

LE PATRIMOINE HISTORIQUE

 

LE CHATEAU DE BEAUPREAU

 

Le château de Beaupréau, contrairement à ce que son nom peut laisser croire, n'a jamais appartenu à la ville de Beaupréau. Ancienne demeure des

familles de Civrac et de Blacas, acquis par les religieuses hospitalières de Saint Joseph en 1959, ce magnifique édifice a été aménagé en clinique chirurgicale et en maternité privée, établissement géré par les sœurs jusqu'en 1970.

Racheté cette même année 1970  par « l'association régionale de la clinique maternité Saint Joseph », cet établissement de santé a fonctionné jusqu'au 31 juillet 2000, date de sa fermeture dans le cadre des regroupements hospitaliers. Durant ces 30 années, ce château a vu naître 24 000 bébés.

Cédé en décembre 2002 à un groupe immobilier privé, il a été transformé en logements à usage d'habitations résidentielles ou locatives.

C'est à cette date que la ville de Beaupréau est devenue propriétaire des anciennes cuisines, des douves et de la prairie située entre le château et l'Evre. Ces espaces, magnifiquement arborés et fleuris, sont entretenus par le service des espaces verts de la ville.

La cour intérieure, les douves et la prairie, qui communiquent avec le parc ducal, sont accessibles gratuitement tous les jours aux heures d'ouverture du parc (Consultez les horaires d'ouverture).

 

 

L’ANCIEN LAVOIR

Construit au XIVe siècle, les lavandières du château s’y retrouvaient  deux fois par an. Un curieux mécanisme y est installé : il était actionné avec un treuil, qui permettait aux femmes de régler leur position de travail en fonction du niveau de l’eau. C’était également un moyen de refroidir les confitures. 

 

L’ANCIENNE EGLISE SAINTE CROIX

Cette collégiale fondée au XVIème siècle par Charles de Bourbon et Philippe de Montespédon, fut spoliée et transformée en tribunal pendant la révolution. Situé juste en face du château, utilisé pendant près de 50 ans comme atelier d'une entreprise de plomberie, cet édifice est actuellement une résidence privée.

Dénaturé au fil du temps, il garde encore à l'intérieur quelques sculptures de l'ancienne église, et des menuiseries de l'ancien choeur.

 

L’ANCIENNE SOUS PREFECTURE

Beaupréau a été chef lieu d'arrondissement depuis le consulat jusqu'en 1857, titre qu'elle a perdu en vertu d'un décret du 16 novembre 1857 qui transférait à Cholet la sous-préfecture.

Le bâtiment de l'ancienne sous préfecture a abrité, à partir de 1865, la mairie et « la justice de Paix ». Après le transfert de la mairie dans les locaux actuels, ce bâtiment est devenu en 1955 l'école publique, puis, après le transfert de cette école dans les nouveaux locaux actuels, a été cédé par la ville à un groupe immobilier privé pour être transformé en logements privés.

Maintes fois transformé, le bâtiment n'a conservé de ces origines que le gros œuvre en maçonnerie de moellons de schiste et une importante génoise à trois rangs de tuiles creuses.

L’HOTEL DU SENECHAL

Cette résidence privée, où l'on remarque l'influence italienne, renferme un escalier hélicoïdal de granit rose. Jadis résidence d'un grand officier de la couronne, cette demeure s'ouvre sur sa face ouest, vers un parc arboré.

LA MAISON DES TOURELLES

Située entre la place du Marché et l'escalier de la Poterne, la maison des tourelles était la maison de ligence (lieu où résidaient les vassaux lors de leurs services) des seigneurs du Mesnil-Bouteille.

Cette maison est actuellement une résidence privée.

La Poterne Cherbonneau, située à l'extrémité sud des remparts de la ville, constituait l'entrée de la vieille ville vers 1850. Son escalier (rue de la Poterne) monte vers l'ancienne sous-préfecture.

 

L’INSTITUTION NOTRE DAME DE BONNES NOUVELLES

Fondé en 1710 puis reconstruit en 1779 par l’abbé Darondeau, ce collège accueillait des séminaristes. Il servira d’hôpital durant les Guerres de Vendée puis d’école des arts et métiers sous Napoléon. Aujourd’hui, l’établissement accueille un collège et  lycée d’enseignement général et technique.